10 ans de MB Race

 In Actualités

Cette semaine aurait dû être la dernière ligne droite avant de fêter ensemble les 10 ans de la MB Race. La crise sanitaire que nous traversons en a malheureusement décidé autrement. Néanmoins nous allons tout de même vous partager nos quelques souvenirs de ces 10 dernières années !

2010 

La naissance d’un mythe

Naissance de l’événement avec l’objectif de promouvoir le VTT sur le domaine des Portes du Mont Blanc. Le ton est donné avec Fred FRECH, unique Finisher de la MB Ultra 140 km. Le mythe est né : la MB Race  devient « course la plus difficile au monde » !

[/vc_row]

2011 

Un événement pour tous !

Pour sa seconde édition, la MB Race se développe et crée deux nouvelles courses : la MB Kids et la MB Street. Ces nouveaux formats apportent un côté ludique à l’événement mais aussi la possibilité pour les plus jeunes de s’entraîner à être les Finisher de demain !

2012 

Direction les Aravis

Côté parcours, la difficulté est de mise afin de répondre aux sollicitations des coureurs qui attendent plus de technicité de la course la plus difficile au monde. Le massif des Aravis apporte la solution à cette demande et devient un passage incontournable de la MB Ultra.

2013 

Le Graal

Cette quatrième édition est marquée par la première victoire étrangère. Le Suisse Arnaud Rapillard remporte la MB Ultra 140 km et détrône Fred FRECH, vainqueur des éditions précédentes. C’est également la première fois qu’une femme franchit la ligne d’arrivée de la course phare. Devenir Finisher de la MB Race est alors l’objectif d’une saison, et le Graal de nombreux cyclistes tout terrain.

2014

Des top pilotes au départ

Cette 5ème édition a vu Fred FRECH prendre sa revanche sur Arnaud RAPILLARD. Mais la MB Race c’est aussi un Enduro qui attire des top pilotes tels que Nicolas LAU et François BALLY MAITRE. La MB Race prend de l’ampleur et commence à attirer des grands noms du VTT.

2015 

La MB Race prend du galon

Cette édition marque un tournant dans l’histoire de l’événement, avec une inscription au calendrier UCI. Côté coureur, Arnaud Vincent inscrit la MB Race à son palmarès, malgré la canicule qui rendra cette édition mémorable pour tous. Le public est désormais nombreux à venir saluer ces héros franchissant la ligne d’arrivée des 140 km.

2016

La reconnaissance

Pour la première fois de sa jeune histoire, la MB Race intègre le circuit de Coupe du Monde VTT Marathon UCI et devient par la même occasion la plus longue distance jamais courue sur le circuit. Une distinction honorifique qui démontre la dimension internationale de la course. Les athlètes internationaux sont de de plus en plus nombreux à venir relever ce défi hors norme.

2017

Des conditions dantesques

Des trombes d’eau s’abattent tout au long du week-end sur le domaine des Portes du Mont-Blanc : des conditions dantesques qui tendent à renforcer le mythe qui s’érige autour de cette course. Le champion de Suisse Urs Huber sort gagnant de cette édition exceptionnelle !

2018

L’édition des records

Après deux années pluvieuses, la MB Race renoue enfin avec le soleil. Urs HUBER se voit de nouveau sacré vainqueur de la MB Ultra. 2019 est une édition de tous les records : la MB Ultra affiche pour la 1ère fois « complet » et la météo idéale permet à 266 participants de devenir Finisher.

2019

Une édition anniversaire

En 2019, la MB Race a célébré sa dixième édition sous un soleil radieux à Combloux. Côté sport, l’espagnol Martin Roberto Bou s’impose après avoir roulé toute la course en tête… Preuve de l’engouement pour l’événement, la soirée de la dixième édition a rassemblé un grand nombre de spectateurs pour soutenir les coureurs jusqu’au bout, le tout dans une ambiance conviviale propre à la MB Race.

Ils en parlent le mieux…

FRED FRECH – LE PIONNIER

J’avoue qu’entre mes différentes participations tout s’embrouille un peu dans ma tête… Mais il y a eu un point commun sur chaque édition : le doute et l’humilité face à la tâche à accomplir avant le départ, le mélange d’euphorie et de grande détresse pendant la course suivant les moments et les endroits, et puis une immense délivrance et joie à l’arrivée qui bien souvent vous fait oublier la fatigue et la décision de ne plus jamais vous lancer dans une telle épreuve…

Il y a tout de même des images qui me reviennent de la première édition : le moment où un membre de l’organisation m’annonce que j’ai plus de 10 minutes d’avance et que je réalise que je peux le faire, et l’arrivée sous la pluie dans une certaine confusion où mon team manager de l’époque se jette dans mes bras et me dit que la course vient d’être arrêtée et que par conséquent je serais le seul finisher de cette première MB Race. Beaucoup d’émotions…

FRED AZZOLIN – LE LOCAL

La première MB Race en 2010 a été pour moi l’occasion de remettre un dossard à 37 ans après avoir connu le haut niveau en ski de bosses. Cette première édition tombait à pic, ma femme venait de m’offrir un VTT. Avec 2 sorties dans les jambes, je me suis inscrit… 50km, je finis complètement cuit. L’année suivante, je vais au bout des 70 km sans objectif de vitesse. Je commence donc à m’intéresser au challenge qu’est la MB Race avec une petite idée qui commence à me trotter dans la tête… les 140 !

En 2012, je m’inscris sur l’Ultra en anonyme, et au final, je me retrouve au bout des 140 km accueilli comme une star ! Au fil des km, sans que je m’en rende compte, organisateurs, bénévoles, famille commençaient à être au courant que j’étais en route pour être le premier local à finir ! Quel accueil sur la ligne d’arrivée, j’en ai encore des frissons… Après cinq 140 km bouclés, je peux dire que cette course de VTT m’a beaucoup apporté. 2020 sera très certainement mon retour au départ de la MB Ultime qui me fait déjà rêver…

ARNAUD RAPILLARD – LE FIDÈLE

Depuis 2012, la MB Race fait parti des objectifs de ma saison. D’autres courses sont importantes évidemment, mais celle-ci se dégage car elle est atypique… La distance, le dénivelé : cela représente quasiment le double d’une course habituelle. Il y a une vraie notion de challenge. Et chaque année, même si je commence à vraiment connaitre la course, c’est un véritable défi. J’ai également vu évoluer l’événement. La course prend de l’ampleur, le niveau augmente… Le label UCI amène des cadors et la course aujourd’hui une renommée mondiale. Au-delà de la compétition, la région se démarque comme une réelle terre de VTT. Rouler avec le Mont-Blanc en toile de fond est vraiment incroyable. Peu de courses proposent des paysages aussi impressionnants !

Credit Photo : Hugo Paget – David Machet – Jérémie Reuiller – Amandine Elie – KinaPhoto

Recent Posts
0